La Bataille de Bouvines (1)

publié le

 

 

 

Notre région se prépare à célébrer le 800ème anniversaire de la bataille de Bouvines  par de multiples manifestations culturelles. Mais que s’est-il réellement passé en ce jour, et en quoi cet événement fut-il important pour la France ?

 

Qu’était Bouvines en 1214 ?

C’était un minuscule hameau au bord de la Marque dépendant des abbayes de Cysoing et de Saint Amand, à 15 kms de Lille, alors cité de marchands et d’artisans, et de Tournai. L’originalité de sa situation est que Bouvines est un point de confluence des possessions du roi de France, du comté de Flandre et de l’empereur d’Allemagne futurs protagonistes de la bataille.

Autre originalité, les batailles sont rares à cette époque, par contre la guerre est fréquente avec son cortège de pillages, d’incendies, et de sièges.

Donc, la bataille de Bouvines a son côté extraordinaire mais elle n’est qu’un épisode du long affrontement entre les royaumes de France et d’Angleterre.

 

 

Ce conflit remonte à 1066, Guillaume Le Conquérant, duc de Normandie, vassal du roi de France, s’empare de l’Angleterre et en devient le roi. Ses successeurs héritent, en outre, d’immenses territoires sur le continent : l’Aquitaine, le Maine et l’Anjou en plus de la Normandie, ce qui est une menace constante pour le royaume de France.

 

 

 

 

 

L’objectif du roi de France, Philippe II dit Philippe Auguste (qui règne de 1180 à 1223) est de réduire le plus possible les  possessions du roi d’Angleterre sur le continent.

Philippe Auguste combat donc le roi d’Angleterre, Richard Cœur de Lion, puis, après sa mort, son frère Jean sans Terre, le succède.          

                                      

                                              Philippe II, dit Philippe Auguste

 

 

Ce dernier que nous connaissons sous un jour peu favorable, par le récit des aventures de Robin des Bois et ses nombreuses adaptations cinématographiques, est un personnage brutal et maladroit.

Il est condamné par le pape pour ses pratiques envers le clergé anglais, et Philippe Auguste profite de l’assassinat de son neveu, Arthur de Bretagne, et du rapt de la promise (Isabelle d’Angoulême) d’un grand noble breton (Hugues X de Lusignan), pour s’emparer en 1204 des territoires anglais du continent, notamment la riche Normandie en l’épousant.

 

Jean Sans Terre, prépare sa revanche en se réconciliant avec le pape et en recherchant des alliés contre le roi de France. 

 

Or, au nord du royaume de France se trouve le comté de Flandre, territoire riche et fertile, avec de riches villes prospères (Gand, Bruges, Tournai, Lille, Douai…), peuplées de marchands dynamiques et d’habiles artisans tisserands. Les liens économiques avec l’Angleterre sont étroits notamment par l’achat de la laine anglaise. Mais le roi de France est le suzerain des comtes et comtesses de Flandre et entend assurer son autorité sur cette région.

           

              Jeanne de Flandres et Ferrand de Portugal

 

Le comte de Flandre, Ferdinand de Portugal dit Ferrand de Flandre, époux de Jeanne de Flandre (avec l’accord de Philippe Auguste contre les villes de Saint Omer et d’Aire sur la Lys), est donc le vassal de Philippe Auguste. Il passe alliance avec Jean sans Terre, pour des raisons économiques (le commerce avec l’Angleterre) et politiques (se dégager de la tutelle du roi de France).

 

 

Jean sans Terre trouve d’autres alliés : Renaud de Dammartin, comte de Boulogne, mais surtout son neveu, Othon IV de Brunswick, empereur d’Allemagne.

 

 

                                                                                            Othon IV

Voir la suite

Retour